Assurance vie : comment bénéficier d’une fiscalité avantageuse ?

Publié le : 19 novembre 20213 mins de lecture

Les augmentations de valeur sont soumises aux charges sociales selon des modalités qui varient en fonction de la date de versement de vos primes. Comment profiter pleinement de l’assurance-vie ? Et vous aimeriez savoir comment bénéficier des avantages fiscaux de l’assurance-vie ? Ces quelques lignes vous éclaireront mieux sur ce sujet.

La fiscalité des versements effectués avant le 27 septembre 2017 !

Les versements effectués avant septembre 2017 sont conquis à l’ancienne fiscalité des récupérations de l’assurance-vie. Les bénéfices et plus-values qui répondent à vos versements seront imposés au moment du rachat, à votre façon : avec la taxe sur les salaires. Vous devez donc les inclure dans votre demande d’impôt, et sur la base d’un PFL qui se réduit au fil du temps. C’est la raison pour laquelle la garantie viagère est devenue intéressante au fil des ans.
Vos gains devront essentiellement être intégrés dans la base d’imposition de votre salaire mensuel. Le PFL est disponible et sera déduit immédiatement par une banque. A cela s’ajoutent les prélèvements sociaux qui s’élèvent désormais à 17,30%.

Pour plus d'informations : Epargne : comment bien préparer sa retraite ?

Imposition des versements effectués après le 27 septembre 2017 !

La loi de finances pour 2018 a modifié les conditions dans le cadre de la fiscalité des reprises d’assurance-vie pour les versements effectués à partir de fin septembre 2017. L’alternative à l’implication des gains dans vos salaires en cas de retrait est toutefois le Prélèvement forfaitaire unique.
Si votre garantie de vie est supérieure à 8 ans, vous bénéficiez toujours de la baisse de 4 500 € par an sur vos augmentations de valeur. Toutefois, seuls les gains liés aux 150 000 € sont concernés.

Les avantages fiscaux !

Le paiement de l’impôt peut être bloqué après huit ans dans la plupart des situations. Encore rénovée en 2018, la fiscalité de la garantie de vie reste attractive, surtout après huit ans. Cependant, deux cas doivent être différenciés lors du retrait d’argent. Pour les versements antérieurs au 27 septembre 2017, les bénéfices sont conquis à la taxe sur les salaires ou, sur option, à une taxe dont le prix diffère selon l’âge du contrat. N’oubliez pas qu’après huit ans, une réduction annuelle de 4 600 € et de 9 200 € pour un couple marié est pratiquée sur les bénéfices retirés, ce qui permet dans la majorité des situations d’échapper à l’impôt.

Pour les versements effectués depuis le 27 septembre 2017 plus les abattements à 17,5%, les bénéfices sont imposés de manière forfaitaire à la taxe sur les salaires.

Plan du site